tunique en lin français fabriquée à la machine à tricoter

Je suis tricoteuse.

Je travaille avec des machines à tricoter manuelles des années 70 et 90, récupérées et remises en forme dans mon atelier.

Je créé et je fabrique mes modèles (vêtements et accessoires) et j’utilise des fils dont je connais la provenance et le mode de fabrication. Je cherche à favoriser le circuit court et le respect de l’environnement et des animaux. Mais en creusant, je me suis rendue compte que la laine, même fabriquée en France ou en Europe, venait souvent de très loin (Australie, Nouvelle Zélande…), et que le circuit court n’était pas si facile en la matière. J’ai donc cherché des filatures et producteurs qui utilisaient, les toisons locales ou, à minima, qui respectent des labels strictes en matière de respect des animaux et d’utilisations des teintures.

Par exemple, la plus part de mes laines utilisées respectent la norme Oeko-Tex 100 (premier label visant à garantir les qualités humano-écologiques des textiles : exempt de produits toxiques pour le corps et pour l’environnement). Ainsi, j’utilise de la laine française mais aussi écossaise (Shetland), anglaise, irlandaise, danoise, islandaise, espagnole, portugaise et italienne. Il existe dans ces pays, une véritable culture de la laine, dans le respect des spécificités locales et de l’environnement. J’utilise aussi des fins de séries de fils provenant de filatures italiennes et anglaises, dont les pays ont gardé un fort patrimoine en la matière.

Je propose des ouvrages durables dans le temps, en raison du mode manuel de fabrication et de la qualité des fils utilisés. Je propose également un service après vente pour tout démaillage, usure, trou… En effet, bien souvent, un ouvrage tricoté peut être réparé facilement grâce à un remaillage.

J’organise également des cours de tricots (liste non exhaustive), en individuel ou collectif, dans mon atelier ou ailleurs sur les thématiques suivantes : tricot machine, tricot main, finitions, tricot circulaire, points fantaisies… J’interviens également en tant que formatrice en machine à tricoter à l’école de la laine (Vasles).

Où me trouver ?

Dans l’Entre Deux Mers en Gironde, à Targon (au sein du collectif la Manivelle Ô Vents et au 06 61 40 97 47.

Par mail : contact@eliseamiet-tricots.com ou sur les réseaux sociaux

   

FAQ

je tente de répondre ici aux questions qui me sont souvent posées. N’hésitez pas à m’en poser également

Non, la « vraie » laine respire et bien souvent, une simple aération suffit à enlever les odeurs, faire évaporer la transpiration. Je lave très peu mes pulls en laine, je les aère. Sinon la plus part de mes ouvrages peuvent être laver avec le programme laine d’une machine, avec un tout petit essorage. Et je conseille le séchage à plat pour éviter que l’ouvrage se déforme.

Et si vous désirez les laver à la main, le savon de Marseille convient bien et l’ouvrage s’essore avec une serviette.

Mes fils viennent de:

  • La filature fonty  (lin, laine et coton), une des denières filatures encore en activité en France, située dans la Creuse et labellisée Entreprise du Patrimoine Vivant en 2017
  • Laines Paysannes, coopérative française, qui valorise les laines de troupeaux en Ariège et d’autres endroit dans les Pyrénées, et qui propose des fils non teints
  • De la laine shetland d’Ecosse: cette laine provient des moutons Shetland de l’Île, est transformée sur place, dans le respect d’un savoir faire qui n’a pas été perdu. J’aime la qualité de cette laine sèche qui s’adoucit dans le temps et dure
  • Ponctuellement des d’autres pays européens qui ont une belle tradition de la laine (Italie, Danemark, Ressaigne…)

La laine que j’utilise bouloche peu mais cela arrive et c’est normal. Les bouloches s’enlèvent avec un peigne spécial et en général, l’ouvrage se stabilise en la matière. Évitez d’utiliser rasoir et ciseau pour ne pas abimer l’ouvrage

Cela va dépendre du modèle, des points, de la forme etc… je vais donc passer entre 3 et 8 h à tricoter. Ensuite, se rajoutent l’assemblage, le blocage (mise en forme du pull), et les fils à rentrer.

C’est difficile de répondre à cette question car nous n’avons pas tous la même sensibilité à la laine.

Personnellement, je porte toutes mes laines, même les plus rustiques, à même la peau.

Mais une laine rustique, très chaude, se porte rarement sans quelque chose en dessous.
 
 
 
 
 

La laine respire! Elle est thermorégulatrice. Elle se porte aussi bien en été qu’en hiver.

Elle est facile à entretenir, c’est une matière renouvelable.

Elle ne garde pas les odeurs et est hypoallergénique.

Je calcule le prix de mes ouvrages selon le temps de travail , la quantité de matière utilisées, les charges que j’ai. Je calcule donc le « juste » prix, et ne peut me permettre de baisser les prix, ce qui reviendrait à baisser significativement mon taux horaire.

En outre, j’ai très peu de stock. Je n’ai donc pas besoin de me « débarasser » de mes anciennes collections.

Je propose des ouvrages que je décline à la demande, sur mesure. Je propose une sorte de prêt à porter sur mesure.

Toutefois, je fais également du surmesure, en dehors de mes modèles mais le coup sera plus élevé, car il intègre la conception et la recherche pour l’élaboration de l’ouvrage. Je fais des devis sans problème.

Oui, tout à fait. Et je propose des stages quand je commence à avoir assez de demandes. J’interviens également à l’école de la laine de Vasles (49).

N’hésitez pas à me contacter.